Top ISO 14001 impacts

By ,
Voici les impacts ISO 14001 les plus utilisés dans notre système. En tant que membre, vous avez accès à tous ces impacts pour construire votre registre légal, cliquez ici pour créer un compte aujourd’hui!
  • Épuisement des forêts.
  • Épuisement des ressources énergétiques.
  • Rajoute à la charge des sites d’enfouissement, à moins que le consommateur recycle le produit.
  • Pollution atmosphérique.
  • Produit du smog.
  • Lixiviation d’une substance chimique toxique
  • Engendre du smog et la contamination de l’eau au site même.
  • Dommages causés à l’environnement provenant de l’épuisement des ressources, la production de déchets, la pollution de l’air, les rejets d’eaux et possiblement la contamination du sol.
  • Rajoute à la charge des sites d’enfouissement. Peut être traitée de manière à récupérer l’argent. Les restants de la pellicule usée seront tout de même envoyés aux sites d’enfouissement mais causeront ainsi moins de pollution.
  • Les rejets contenants des quantités de substances inhabituelles, soit à l’extérieur des paramètres habituels, endommagent les tuyaux d’égout près de la source à l’usine et possiblement les tuyaux d’égout municipal. Évacuations dans l’égout municipal: dérangent le fonctionnement de l’usine de traitement locale des eaux, résultant possiblement en de la pollution dans le cours d’eau. Évacuations dans un cours d’eau: pollution du cours d’eau.
  • Si toxiques, les déchets de produits chimiques auront à être traités une fois éliminés de l’imprimerie. Ils ne peuvent pas être rejetés dans le réseau d’égouts. Ils seront probablement incinérés, causant de la pollution de l’air, de la consommation d’énergie et la production de cendres. La cendre ira dans un site d’enfouissement ou, si encore toxique, devra être scellée à perpétuité. Même si d’autres traitements sont utilisés, il est fort probable qu’ils contribueront également à la contamination environnementale.
  • Les pesticides chimiques filtrent à travers le sol et contaminent la nappe phréatique ou sont entraînés par de l’eau et finissent dans le réseau d’égouts ou dans un cours d’eau local. Ce sont des produits toxiques et plusieurs d’entre eux sont cancérigènes.
  • Si les contenants ne sont pas tout à fait vides, les résidus pourraient contaminer le site d’enfouissement.
  • Changement climatique.
  • Les déchets contaminés, tels que les guenilles contaminées à l’huile ou avec un autre produit de maintenance, seront probablement incinérés, causant de la pollution de l’air, de la consommation d’énergie et la production de cendres. La cendre ira dans un site d’enfouissement ou, si encore toxique, devra être scellée à perpétuité. Même si d’autres traitements sont utilisés, il est fort probable qu’ils contribueront également à la contamination environnementale.
  • Les déversements potentiels pourraient mener à une contamination de sols, de matériel et d’équipements de nettoyage ou même aux rejets dans les égouts où des drains sont présents à proximité.
  • Les huiles usées sont toxiques et doivent être traitées. Puisque l’élimination des huiles usées se fait habituellement par incinération, de l’énergie peut en être récupérée.
  • Le matériel contenant de l’amiante n’est pas nuisible en soi mais lorsqu’il est endommagé ou devient friable, la poussière d’amiante qui s’en dégage a pour conséquence des risques pour la santé. Le matériel d’isolation installé plus récemment ne contiendra pas d’amiante.
  • La combustion de carburant diesel ou d’autres carburants carbonés est à la source des pluies acides, la création de smog et des particules de suie peuvent être émises si la combustion est incomplète.
  • L’acide de la batterie requiert un traitement ainsi que son enveloppe qui est contaminée. L’incinération sera sûrement le moyen de disposition choisi, ce qui causera de la pollution atmosphérique et des cendres toxiques. Durant le transport et l’utilisation de ces batteries, un déversement potentiel peut contaminer le sol, le matériel et l’équipement de nettoyage ou même les égouts si il y a un drain dans les alentours.
  • Les plus vieux modèles contiennent des BPC dans le dispositif d’amorçage. Les BPC représentent une substance chimique bioaccumulable qui se retrouve dans la chaîne alimentaire des humains, avec les risques potentiels à la santé que cela comporte. Les lampes fabriquées après le 1er septembre 1977 ne contiennent pas de BPC. Les tubes des lampes fluorescentes plus récentes contiennent du mercure sous forme gazeux qui, lorsque le tube est brisé, est relâché dans l’air. Si les tubes sont envoyés dans un site d’enfouissement, le mercure va éventuellement être relâché dans l’environnement. Quelques lampes contiennent également du mercure dans le ballaste.
  • Les BPC représentent une substance chimique bioaccumulable qui se retrouve dans la chaîne alimentaire des humains, avec les risques potentiels pour la santé que cela comporte.
  • Les petites batteries multi-usages (domestiques) contenaient autrefois du mercure en quantité assez importante pour qu’elles soient classées comme une marchandise dangereuse. Depuis 1996, le mercure a été éliminé de ce type de batterie. Si les plus vieiles batteries sont envoyées dans un site d’enfouissement, le mercure, qui est toxique, va éventuellement être relâché dans l’environnement.
  • Réduction de la couche d’ozone.
  • Contribue au réchauffement de la planète.
  • Contamination de l’eau. Les rejets au reseau municipal d’égouts sont éventuellement traités dans une usine d’épuration. Le traitement nécessite de l’énergie et genère des boues qui sont ensuite enfouies.
  • Engendre du smog et la contamination de l’eau au site même ou à l’entreprise en charge du nettoyage des guenilles.
  • Tout solvant récupéré devra être traité par une compagnie spécialisée. Si le solvant n’est pas contaminé par d’autres substances, il sera probablement recyclé (distillé). S’il est lourdement contaminé (par des encres ou huiles), il sera probablement incinéré, causant de la pollution de l’air, de la consommation d’énergie et la production de cendres. La cendre ira dans un site d’enfouissement ou, si encore toxique, devra être scellée à perpétuité. Même si d’autres traitements sont utilisés, il est fort probable qu’ils contribueront également à la contamination environnementale. Une grande part du solvant ne pourra être récupérée puisque les solvants sont généralement volatils à 100%. Une partie des émissions de COV sera captée si les presses fonctionnent avec un substrat pendant le nettoyage automatique et si l’incinérateur est en fonction. Pour ce qui est du reste, une partie restera sur les guenilles et l’autre partie sera sous forme d’émissions fugitives.
  • Si toxiques, les déchets de produits chimiques auront à être traités une fois éliminés de l’imprimerie. Ils ne peuvent pas être rejetés dans le réseau d’égouts. Ils seront probablement incinérés, causant de la pollution de l’air, de la consommation d’énergie et la production de cendres. La cendre ira dans un site d’enfouissement ou, si encore toxique, devra être scellée à perpétuité. Même si d’autres traitements sont utilisés, il est fort probable qu’ils contribueront également à la contamination environnementale.
  • Les résidus de silicone peuvent contenir une quantité importante de contaminants et devront être traités.
  • La solution fontaine usée contient une quantité importante de contaminants et devra probablement être traitée. Elle sera probablement incinérée, causant de la pollution de l’air, de la consommation d’énergie et la production de cendres. La cendre ira dans un site d’enfouissement ou, si encore toxique, devra être scellée à perpétuité. Même si d’autres traitements sont utilisés, il est fort probable qu’ils contribueront également à la contamination environnementale.
  • Selon la formulation, les résidus de vernis peuvent contenir une quantité importante de contaminants et devront être traités.
  • L’encre usée contient une quantité importante de contaminants et devra être traitée. On peut réduire la génération de déchets en remélangeant et en réutilisant l’encre usée, soit directement sur le site ou par l’intermédiaire du fabricant d’encre. L’encre séchée ne pouvant être réutilisée doit être traitée.
  • Rajoute à la charge des sites d’enfouissement.
  • Rajoute à la charge des sites d’enfouissement. Peuvent être réutilisés par les fournisseurs de produits chimiques ou être recyclés.